Foyer Hubert Lemoine

Le foyer est ouvert tous les Vendredis

Son accès est réservé aux membres de la section

Horaires d’ouvertures:  De 17h00 à 20h00

Une bibliothèque est disponible, pour tout emprunt de livre, contacter Patrick Garnier

Rappel Important: Pour les repas suivant les réunions du  bureau ou les répétitions, les inscriptions doivent  impérativement se faire auprès de Lucien Beaupuits au plus tard le dimanche précédant l’évènement.

Information

Règlement relatif au Stationnement


Menu Du 27 Juin 2019

Grillades

Ratatouille

Salade

Fromage

Glace

Prix du repas: 13 Euros


Quelques documents sur les combats en Indochine source: Agence d’images de la Défence  cliquez içi

Voici en complément quelques affiches de recrutement d’époque

         


A voir aussi cette belle vidéo sur le 1er RHP: Cliquez  Içi

 


Un peu de lecture :

 

 

La légion arabe de 1917 – Julien Monange.

« Recrutée pendant l’été 1917 pour appuyer et renforcer les colonnes tribales de l’émir Fayçal et du colonel Lawrence contre les Turcs, la première Légion arabe constitue une tentative audacieuse dans l’Orient en plein conflit mondial.
 Formée de prisonniers ottomans, de déserteurs ou encore de volontaires bédouins et levantins, elle est placée hiérarchiquement sous le commandement de diplomates européens, mais encadrée par un corps d’officiers arabes convertis à la cause du chérif Hussein, le nouveau « roi du Hedjaz ». Des conseillers militaires occidentaux sont chargés de son instruction tactique et tentent de discipliner cette troupe hétérogène.
 En lui affectant le célèbre orientaliste français Louis Massignon qui professe en son sein un oecuménisme panarabe contre le califat ottoman, ses créateurs Sykes et Picot ont voulu donner l’impression de favoriser la création d’une armée nationale arabe. Mais l’objectif d’une telle entreprise était en fait de canaliser le nationalisme chérifien et de casser son lien inconditionnel à l’Islam.
 Le récit inédit de sa courte histoire donne de nouvelles clefs de compréhension des rivalités impérialistes en Orient, lignes de fractures entre les Alliés sur l’attitude à avoir envers l’Islam et le nationalisme arabe pendant la Grande Guerre ».

 

L’auteur :

« Saint-cyrien, Julien Monange est membre du réseau des historiens de l’armée de Terre. Il mène de front une carrière au sein d’états-majors opérationnels et la poursuite de travaux de recherche sur les missions militaires françaises, l’histoire des deux conflits mondiaux, les guerres coloniales. Il contribue régulièrement à la revue Soldats de France ! »

 

 

 

 

 

 

Les opérations guerrières en essaim – Mathieu Peter et Julien Terrier

« Cet ouvrage anticipe l’entrée dans l’ère Scorpion. Cette transition capacitaire majeure va modifier la totalité du “cœur de combat” de l’armée de Terre, notamment au travers de l’infovalorisation et de capacités accrues d’agression comme de protection », extrait de la préface du Général d’armée Jean-Pierre Bosser, Chef d’état-major de l’armée de Terre.

« L’intérêt pour les opérations en essaims s’est accru dans les années 1990 aux États-Unis, sous le nom de swarming sans avoir encore, malgré la modernité et la pertinence du concept, de résonance en France.

Depuis que les hommes s’affrontent, les opérations en essaims font partie du paysage guerrier. Au fil du temps, de la bataille de Carrhae en 53 avant notre ère à la bataille de Mossoul en 2016-2017, elles ont évolué et se sont approprié les milieux, terrestre, aquatique, aérien puis le cyberespace, au rythme de leur maîtrise. Elles dépassent aujourd’hui largement le cadre militaire. Négligées dans le monde occidental, elles présentent pourtant, à l’heure où la manœuvre des forces armées connaît des limites voire un blocage tactique, un champ d’étude particulièrement intéressant. Parfaitement adaptées aux révolutions technologiques et aux besoins des forces non étatiques, elles deviennent omniprésentes dans tous les champs d’affrontements. Humains, hybrides ou autonomes, les essaims s’emparent peu à peu du champ de bataille car ils permettent à ceux qui les utilisent d’obtenir de bien meilleurs résultats, tactiques, opératifs mais aussi stratégiques tout en s’exposant moins aux coups de l’ennemi.

Les opérations en essaims pourraient devenir le paradigme de la guerre au XXIe siècle ».

 

Les auteurs :

« Saint-cyriens, le chef de bataillon Mathieu Peter et le chef d’escadrons Julien Terrier sont scientifiques et passionnés de stratégie. Riches de premières parties de carrières très opérationnelles au sein des forces spéciales et des unités blindées (déploiements au Liban, en Afghanistan, dans le Sahel et sur d’autres théâtres d’opérations), ils suivent ensuite le cours de l’École de guerre puis une scolarité à CentraleSupélec dans le cadre de l’enseignement militaire supérieur scientifique et technique de l’armée de Terre. Ils mettent alors à profit cette période d’études pour réfléchir à la situation actuelle des armées occidentales et proposer une façon de combattre autrement, qui tire profit des ruptures technologiques à venir ».