Communiqué du général P. CAILLE – 17 février 2022

MEMOIRE / CNE / 19 MARS

Amis parachutistes de l’UNP,

Dans ma dernière communication je vous sollicitai au sujet d’un projet de loi visant à réhabiliter les fusillés de la première guerre mondiale. Nombre d’entre vous a donné une suite à cet appel en contactant leurs parlementaires. Ceux-ci, souvent déjà informés, ont répondu s’opposer à ce projet remettant en cause l’honneur et la discipline de nos armées et la détermination du peuple français. Ce projet de loi devrait en toute logique être rejeté ou non étudié par le Sénat. Objectif atteint. Bravo à ceux qui se sont mobilisés. Je me réfère souvent au Comité National d’Entente pour valoriser et crédibiliser la voix de l’UNP. Certains semblent encore ignorer ce qu’est le CNE qui s’est constitué à l’initiative de la Saint Cyrienne, en vue de s’opposer aux attaques menées contre l’armée française et l’esprit de défense. Il s’est étoffé progressivement, et compte aujourd’hui une soixantaine d’associations. Il regroupe aussi bien des anciens combattants et leurs familles, que des personnels en activité et de nombreux civils sympathisants, ce qui constitue une communauté conséquente d’environ 1 500 000 personnes. Dès sa création il a été convenu de ne pas institutionnaliser ce comité, sachant que le président de la Saint Cyrienne en assume à la fois la présidence et le secrétariat. Régi uniquement par la bonne volonté des associations, il défend l’institution militaire, dans le sens le plus large. Il se réunit en moyenne trois à quatre fois par an. En cas d’événement justifiant une intervention rapide, le président, ou l’un de ses membres, propose une action particulière et communique alors par Internet.

Les actions conduites par le CNE revêtent un caractère public, en ce sens, que tous les présidents des associations membres sont systématiquement interrogés sur l’action envisagée et informés de l’action décidée. Chaque président garde toujours sa double liberté d’action : celle de cosigner, ou non, le document et donc de donner son accord à la proposition ; et celle d’en informer les membres de son association, avant ou après la parution du document. Parmi les actions entreprises par le CNE on peut noter : la reconnaissance du 11 novembre comme journée nationale du souvenir de tous les soldats morts pour la France, un communiqué de presse à l’occasion de la démission du CEMA en juillet 2017, une lettre au PR pour demander la présence d’un secrétaire d’État chargé des anciens combattants au sein du gouvernement en juin 2017, une interpellation du PR concernant l’affaire Maurice Audin, une lettre au ministre de l’intérieur suite au saccage de l’Arc de Triomphe par les gilets jaunes en décembre 2018, une réponse à une commission parlementaire sur son rapport jugé partial, une lettre au PR concernant l’affaire Benjamin Stora en octobre 2020.

Dans un mois viendra ce funeste 60e anniversaire du 19 mars 1962. Cette date ne marque pas la fin de la guerre d’Algérie. Elle ne fut que l’application unilatérale d’un accord de cessez-le-feu entre les parties en conflit. Elle fut suivie de massacres atroces d’Européens et de Harkis. Des décisions récentes ont d’ailleurs étendu la qualité de combattant de 1962 jusqu’à 1964. Néanmoins le 19 mars est devenu, de par la loi, une fête nationale, que l’on approuve ou pas (c’est notre cas), et qui ne fera pas l’objet cette année de cérémonie exceptionnelle. À l’occasion de cet anniversaire de nouvelles provocations, déclarations d’autorités, de personnalités, de pseudos spécialistes ou d’associations viendront sans aucun doute choquer bon nombre d’entre nous qui ont ou pas participé aux opérations en AFN. Il conviendra, tout en défendant sans concession dans d’éventuels débats démocratiques la vérité des faits, de ne pas tomber dans les embuscades médiatiques que ne manqueront pas de tendre les falsificateurs de l’histoire et les saboteurs de notre pays. De même, en cette période électorale ne mêlons pas l’UNP à des démarches de tous ordres pouvant être pilotées par des personnalités politiques ou des leaders de mouvements exploitant la réalité de la situation à des fins politiques ou illégales. L’engagement de chacun d’entre nous à défendre certaines valeurs ou convictions se fait individuellement et par la voie des urnes ; l’UNP se manifeste et agit sans le cadre de la Mémoire, la Solidarité et le soutien à notre armée. Il y a tant à faire dans ces domaines, et les sections s’y emploient au quotidien avec discrétion et efficacité.

Général (2S) Patrice CAILLE

Section 281 Dreux En avant pour 2022!

La section 281 de Dreux « Lieutenant Antoine de La Batie » est bien partie ce 29 janvier pour2022 avec sa première assemblée générale depuis 2019 . Elle était aussi la première enprésentiel pour son nouveau président Bertrand Deygas qui a succédé à Gérard Palais l’an dernier. Exercice réussi donc avec une participation nombreuse et plusieurs satisfactions.

Le président, ses deux vices- presidents et le trésorier

Il y a d’abord celle d’avoir pu recruter plusieurs nouveaux adhérents, ce qui porte l’effectif au nombre de 110. L’autre grande satisfaction reste le bon fonctionnement du chœur régional Centre dirigé par Gérard Eiselé qui prépare la sortie d’un second C.D.

Le choeur UNP centre dirigée par Gérard Eiselé

Bien structurée administrativement et financièrement, elle se félicite encore d’avoir pu recruter dans ses rangs Sylvain Poussignot, un musicien professionnel excellent interprète à la trompette. Au cours de cette assemblée générale qui s’est conclue par un repas très convivial accompagné de chants paras comme il se doit.

Sylvain Poussignot, musicien professionnel

la garde du drapeau a changé de porteur. De Lucien Beaupuits elle a été confiée à Jean-Jacques Brière au cours de la cérémonie du lever des couleurs.

Passation du Drapeau de la section

Au cours de son intervention de l’assemblée générale, le président a annoncé, outre la participation aux cérémonies patriotiques, les nombreux projets d’activités proposés pour 2022. L’élément majeur sera l’envoi d’une belle délégation au congrès national de Carcassonne en mai prochain.

Le Choeur à la manoeuvre…

Trois nouveaux membres sont entrés au bureau : Jacky Lajoinie, 6 ème RpiMa, et deux anciens d’Algérie André Tsang, 6 ème RPC et Michel Brosse, 13 ème RDP.

Article de notre camarade Michel Marneur
Credit photos: Isabelle Garnier

Communiqué du Général P. CAILLE – 26 janvier 2022

Amis parachutistes de l’UNP,

2022 est déjà bien entamée. En chaque début d’année nous sommes emplis d’espoir, cependant un certain nombre d’orages grondent à l’horizon. C’est pourquoi j’ai décidé de poursuivre mes communications régulières afin de conforter l’unité de notre UNP.

Résistance du COVID

Les chiffres récents le montrent, nous pouvons espérer vaincre cette pandémie. La préservation des effectifs étant toujours une priorité pour toute autorité ou commandement, je renouvelle donc mes conseils, même si certains peuvent penser que cela sort des prérogatives habituelles du président. Ainsi d’aucuns se sont crus invincibles et ont refusé toute vaccination. Quelques-uns d’entre eux nous observent maintenant, bien installés à côté de Saint-Michel. Aussi poursuivons la bonne application des gestes barrières, et par respect des autres qui ont consenti l’effort de se faire vacciner, que les derniers réfractaires soient convaincus de la nécessité de cette procédure.

Mémoire et honneur

Dans la nuit du 13 au 14 janvier un groupe de députés à voté en catimini une proposition de loi demandant la réhabilitation d’un grand nombre de soldats déserteurs, mutilés volontaires, et pour cela fusillés pendant la première guerre mondiale. Cette initiative est une véritable insulte à tous les soldats d’hier et d’aujourd’hui tués notamment au Sahel ou au Levant, à qui la mention « Mort pour la France » a été attribuée. C’est aussi une volonté manifeste de réécrire l’histoire et d’affaiblir notre nation. Comment peut-on mettre sur le même pied ceux qui, par patriotisme et respect de leur chef, sortaient de la tranchée pour mourir et ceux qui voulaient faire passer leurs intérêts personnels avant celui de tout le peuple français ? Pourquoi faut-il raviver des plaies si anciennes alors que les circonstances actuelles appellent à une unité de tous les citoyens derrière les valeurs de notre pays. Aussi j’encourage chacun d’entre nous, dans notre devoir de mémoire combattante, à sensibiliser dans les plus brefs délais, avec mesure mais détermination, nos élus et plus particulièrement nos parlementaires à la nécessité de s’opposer à cette proposition inique qui ne ferait que décourager nos soldats dans les conflits actuels et futurs. Au niveau national, et dans un souci de cohérence et d’efficacité, j’inscris l’indignation de l’UNP dans le cadre de la prise position à venir du Comité National d’Entente que j’ai contacté et qui garantit une bonne audience du monde associatif combattant.

Efficacité de notre Conseil d’Administration

Le CA garantit à notre association à la fois le bien-fondé des décisions du bureau national et la cohérence entre les nécessités nationales et celles des sections. Comme chaque année un tiers du conseil sera renouvelé lors de la prochaine assemblée générale à Carcassonne. Le sang nouveau, le dynamisme ravivé et rajeuni, les nouvelles idées sont nécessaires à notre association. Que de nouveaux volontaires se présentent pour être élus membres du CA et ainsi incarner une bonne représentation de toutes les régions, de toutes les origines, de tous les grades, etc.
Je demande aux volontaires de bien vouloir adresser au secrétaire général, au siège, les informations les concernant, accompagnées d’une photo et surtout de quelques lignes avec un rappel de leur carrière civile ou militaire, et quelques idées qui leur tiennent à cœur. Ainsi seront-ils mieux connus de tous avant le vote pour les élire. Ces informations seront diffusées dans le prochain DLP.

J’aborderai d’autres sujets importants dans ma prochaine communication. D’ici là bon courage pour ce début d’année qui doit voir reprendre nos habitudes (AG de section, renouvellement des bureaux, cotisations, projets d’activités).

Général (2S) Patrice CAILLE

Communiqué du Président National

Chers paras de l’UNP,


Mardi dernier je vous avais sollicités pour participer et voter lors d’une émission de télé où une promotion de Saint Cyr était concurrente à travers sa chorale.L’événement s’est déroulé. Les Saints Cyriens ont recueilli le maximum des voix des téléspectateurs et ont gagné les 100000 euros en jeu.

Ils ont confirmé que cette somme sera intégralement versée aux familles des Morts pour la France et aux blessés de l’Armée de Terre. Bel exemple de solidarité et de rappel que la France est engagée, au prix du sang de ses soldats, dans de nombreuses opérations visant à protéger et sauvegarder nos compatriotes, nos intérêts, nos valeurs.


Je pense que l’UNP, parmi d’autres, a sa part dans ce succès, et je viens ici remercier tous ceux qui ont écouté mon appel et qui ont participé au vote, permettant ainsi d’atteindre l’objectif recherché: l’aide et l’hommage à nos morts et blessés et leurs familles.

Bravo. L’UNP sait encore se mobiliser.Un dernier point: cette promotion de Saint Cyr porte le nom de Général CAILLAUD. Faut-il rappeler que ce chef prestigieux a commandé le 2 REP ainsi que l’ETAP et qu’il a créé les chuteurs opérationnels ? La boucle est bouclée: C’est au nom d’un para que l’UNP a participé à la juste reconnaissance de ceux qui se sont sacrifiés pour la PATRIE.

C’est de bonne augure pour cette promotion et pour ces futurs officiers qui seront bientôt dans nos régiments.

A tous, encore joyeux Noël !


Général (2S) Patrice CAILLEPrésident de l’UNP

Communiqué du Général P. CAILLE – 9 Novembre 2021

QUELQUES INFORMATIONS ET RAPPELS


Dans deux jours ce sera le 11 novembre. J’appelle le maximum d’entre nous à participer aux cérémonies organisées dans nos villes et nos villages. Que nos drapeaux y soient nombreux.En effet si le 11 novembre a longtemps été l’anniversaire de l’armistice mettant fin à la première guerre mondiale, guerre dont nous n’avons aujourd’hui plus aucun survivant, ce jour est devenu, de par la loi, la journée d’hommage à tous les morts pour la France, quels que soient les conflits (Guerres Mondiales,Indochine, AFN, OPEX). Cette évolution est peu connue de nos compatriotes. Il faut le leur rappeler et sensibiliser les élus locaux qui doivent en tenir compte lors des cérémonies.

Si un effort doit être marqué, donc, pour ce 11 novembre dont il faut renforcer le sens, prenons garde à contrario de ne pas banaliser la mémoire ni de pécher par excès de zèle en multipliant les cérémonies ou commémorations. Le calendrier des fêtes de niveau national est déjà assez chargé (sans doute trop) : 8 mai, 11 novembre, 14 juillet, Déportés, Harkis, 5 décembre, 19 mars (hélas), etc…. nos compatriotes non avertis s’y perdent ; dès lors les hommages rendus se font souvent dans l’indifférence. Pour les morts de nos OPEX, ceux d’UZBIN, de DRAKKAR, d’Afghanistan ou du Sahel, l’hommage national se retrouve le 11 novembre. Des hommages nationaux pour ces circonstances ne sont pas à l’ordre du jour. Ils doivent être restreints à des anniversaires symboliques particuliers ou importants et lors des hommages spécifiques plus restreints dans les unités concernées et dans les communes auxquelles appartenaient ces Morts pour la France, faute de quoi on alimente la surenchère des cérémonies. OUI à l’hommage particulier, NON à la redondance des cérémonies !


Dans un autre domaine, il est tout à fait naturel d’adhérer à plusieurs associations dont au premier rang l’UNP. Le monde associatif combattant doit s’unir au service d’une même patrie. Cependant lorsqu’on agit au nom
d’une autre association, il convient de ne pas se prévaloir de l’UNP, ce qui est désobligeant pour cette association, et peut porter à conséquences lorsque les finalités de ladite association ne se trouvent pas identiques à celles de l’UNP.


Pour terminer, le conseil d’administration de l’UNP a envisagé de se décentraliser une fois par an en province,et en particulier en janvier 2022. Je demande ici aujourd’hui si une section de province peut faciliter la tenu
de ce prochain CA (hébergement, alimentation, locaux). Les critères à retenir sont la facilitation de l’accès (ce qui exclut des villes comme Pamiers, Castres, Nice, Brest ou toute autre éloignée, enclavée ou excentrée), et un coût réduit. Si une section en entrevoit la possibilité, la réponse est souhaitée pour le 25 novembre 2021 et est à adresser au secrétaire général.


Enfin, que chaque bureau de section commence à penser, si ce n’est déjà fait, aux échéances annuelles : arrêt de la comptabilité, date de réunion de la section pour les modifications éventuelles de bureau, renouvellement
des adhésions.


Bon courage ! Et tout cela toujours en se protégeant face à une éventuelle reprise de la menace COVID !

Général (2S) Patrice CAILLE / Président de l’UNP

Sorel-Moussel, la section de Dreux fidèle à la mémoire des 58 paras morts à Beyrouth le 23 octobre 1983

Beyrouth (Liban), 23 octobre 1983, 6h18 du matin, un attentat suicide par explosifs tue 241 marines U.S. Deux minutes plus tard un second attentat suicide tue 58 paras des 1 er et 9 ème RCP ensevelis sous les décombres de l’hôtel Drakkar.

Fidèles à leur mémoire, les paras de la section UNP de Dreux sous la conduite de Bertrand Deygas, président, leur a rendu hommage. Ils se sont rassemblés d’abord autour du monument aux morts où ils ont accueilli Gilbert Galland, le maire ceint de son écharpe tricolore, ainsi que Claude Favrat, ancien maire d’Anet et un représentant de la brigade de la gendarmerie d’Anet. Avant de déposer des fleurs au pied du monument en compagnie du frère du lieutenant Antoine de La Batie.

Bertrand Deygas a prononcé un court discours pour dénoncer les auteurs criminels toujoursles les mêmes issus del’islamisme, ennemis de la France qu’il convient de combattre impitoyablement.

Bernard Caura à la trompette et Renaud Geffroy au tambour ont interprété les sonneries réglementaires avant que l’assistance ne chante la Marseillaise.

Au cimetière, les paras se sont recueillis devant la tombe du lieutenant Antoine de la Batie et de sa maman .

Sous la direction de Gérard Eiselé, l’assistance a chanté « Ceux du Liban », « J’avais un camarade », « La Prière du Para » etc… avant d’aller se recueillir à nouveau devant les tombes de parachutistes et de membres amis.

Article de notre camarade Michel Marneur

Communiqué sur la Saint Michel nationale 2021

Amis Paras,


La Saint-Michel nationale à Paris le samedi 16 octobre s’est finalement bien déroulée. Et pourtant les obstacles ont été nombreux. Préparée depuis plusieurs mois par le siège, elle connut bien des rebondissements : déplacement de la date à plusieurs reprises, évolution des conséquences dues au COVID tant aux
Invalides qu’à l’Ecole Militaire et à l’Arc de Triomphe. Le 16 octobre tout était prêt, étudié dans le détail pour permettre aux camarades venant de toute la France de participer dans les meilleures conditions.


Je voulais donc tout particulièrement remercier et féliciter organisateurs et participants qui, venant parfois de loin (Toulouse, Marseille, Cannes, Nice…), ont tenu à être présents et ainsi respecter nos règles, usages et traditions.
Il est regrettable pourtant que trop de sections ne se soient pas faites représenter comme cela est prévu dans notre règlement intérieur. Les éventuelles récriminations sur un prétendu « éloignement du siège » ne sont donc plus recevables de la part de ces sections qui voient leur crédibilité entamée.


Je voulais surtout remercier tous les participants pour leur tenue, leur discipline, leur sens des responsabilités et leur capacité d’adaptation car ils ont surmonté une rafale d’incidents. Qu’on en juge :


• Une semaine avant la Saint-Michel : refus du GMP de sonner « aux morts » dans la cathédrale, et d’organiser une cérémonie dans la cour des Invalides. Un contact direct, prolongé par des échanges divers, ont finalement et avec prestige permis un hommage à nos morts et la remise des mérites dans la cour des Invalides. L’UNP a par ailleurs pu compter sur un clairon et un tambour « amis » pour animer ces hommages.

• La veille de la Saint-Michel la Musique Principale des Troupes de Marine initialement prévue pour nous accompagner nous est retirée pour la remontée des Champs-Élysées en raison d’autres priorités de dernière minute. L’UNP dans l’urgence a pourtant trouvé une grosse caisse pour nous aider à marcher au pas.


• Toujours pour la remontée des Champs-Élysées, alors que nous sommes rassemblés comme à l’habitude, la Préfecture de Police nous fait savoir à 18 heures qu’en raison de manifestations dans Paris il n’y a plus d’effectifs disponibles pour nous accompagner et bloquer la circulation. Les pelotons se forment aussitôt sur le trottoir et vont donc remonter par cette voie, malgré une foule dense jusqu’à l’Arc.


• Au cours de cette remontée, l’UNP est prise à partie par des « mineurs » et autres « gens venus d’ailleurs ». Le sang-froid de nos membres qui ne se laissent pas intimider pour autant permet à la police d’intervenir avant
que la situation ne dégénère gravement.


• À l’Etoile, en raison de ce triste emballage Christo, il ne nous est autorisé que 75 participants. Les bonnes relations avec les commissaires de la flamme, dont il faut louer la coopération sur place, permettent l’installation de plus de 250 paras en dépit des échafaudages et engins de levage. Le ravivage peut avoir lieu en présence des représentants du CEMA, du CEMAT et du CEMAAE. Le chœur de l’UNP à animé avec brio les différentes phases de notre Saint-Michel et tout spécialement les attentes liées aux annulations à l’Arc.


Au cours de ce véritable parcours du combattant que fut cette journée, l’UNP a montré sa réactivité et sa capacité à réagir avec efficacité dans le meilleur et traditionnel esprit para face à l’imprévu. C’est rassurant pour l’avenir.


Alors bravo ! Et rendez-vous au congrès avant, je l’espère, de retrouver une Saint-Michel nationale parisienne traditionnelle l’an prochain


Général (2S) Patrice CAILLE / Président de l’UNP

La section de Dreux présente à la Saint Michel nationale

Surmontant de nombreux aléas et de nombreuses difficultés, l’Union nationale des Parachutistes a pu enfin réaliser la fête de Saint Michel nationale ce samedi 16 octobre. Initialement prévu le 25 septembre, ce grand rendez-vous annuel cher aux parachutistes pour fêter leur saint patron, s’est déroulé selon le rituel traditionnel.

La messe célébrée par Mgr Antoine de Romanet a été rehaussée par les chants du chœur régional Centre des parachutistes dirigé par Gérard Eiselé. La section de l’UNP de Dreux « Lieutenant Antoine de La Batie » venue en car et conduite par son président Bertrand Deygas était en force.

Dans la cour des Invalides, en présence du général gouverneur militaire de Paris, quatre membres de la section ont été honorés. Bertrand Deygas, Daniel Berteaux, Guy Lefevre et Jean-Jacques Brière ont reçu des mains du général Caille la médaille du Mérite de l’UNP.

Les participants ont déjeuné ensuite à l’Ecole militaire. Le Choeur s’y est produit pour interpréter des chants paras et pour la première fois « L’hymne de l’UNP » aux paroles dues à Lucien Beaupuits sur une adaptation musicale de Gérard Eiselé . Cette prestation a été vivement appréciée et applaudie par les salles de la Rotonde.

Le général Patrice Caille, président de l’UNP a accueilli un invité de marque en la personne du général de corps d’armée Patrick Collet, ancien commandant de la 11ème Brigade parachutiste nommé nouveau directeur des Ecoles militaires de Saint-Cyr Coëtquidan.

En fin d’après-midi, limités en nombre en raison des échafaudages qui encombrent encore le dessous de l’Arc de Triomphe, les paras ont quand même pu se rassembler pour le ravivage de la flamme sur la tombe du soldat inconnu.

Cette cérémonie a été rehaussée là encore par les chants du Chœur en l’absence de la musique principale des Troupes de Marine dont la participation avait été initialement prévue.

La prochaine Saint Michel nationale est prévue pour le samedi 1er octobre 2022.

Article de notre camarade Michel Marneur
Crédit Photos Nadime Berteaux

Une belle saint Michel régionale à Montargis

La section 281 de Dreux « Lieutenant Antoine de La Batie » conduite par son présidentBertrand Deygas a participé en nombre à la fête de saint Michel régionale du Centre qui a eu lieu ce dimanche 12 septembre à Montargis, la « Venise » du Loiret. Cette fête de saint Michel parfaitement réussie était organisée par la section Orléans Val de Loire et sa présidente Etiennette Ploquin.

Elle était la première depuis 2019 en raison des conditions sanitaires imposées par la pandémie du Covid 19. Ce rassemblement a réuni une centaine de participants venus des six départements des sections de la région Centre et des départements voisins de l’Yonne, la Vienne, les Yvelines. Une cérémonie au drapeau à laquelle assistait la première adjointe au maire de Montargis, conseillère départementale a d’abord a eu lieu devant le monument aux morts de Montargis situé en haut du cimetière.


Le cortège conduit par la fanfare municipale s’est rendu ensuite en défilant dans les rues jusqu’à l’église. Sous la direction de son chef, Gérard Eiselé, le chœur régional Centre des Parachutistes fort de 21 chanteurs s’est produit au cours de la messe dominicale en interprétant notamment d’une façon magnifique « La Prière du Para » qui a été applaudie par l’assistance.

De nombreux fidèles nous ont avoué avoir eu des frissons et « la chair de
poule » en écoutant nos chants.

Un repas de tradition a conclu cette saint Michel dans la plus grande convivialité avec nos chants parachutistes.

Article de notre Camarade Michel Marneur